Voler librement. Évasion. Privilège de l’oiseau.

Voler sans moteur. Surprenant pour un être humain, n’est-ce-pas ?

Je vole ainsi. Comme beaucoup d’autres pilotes. Planeur, deltaplane. Parapente… C’est fascinant.

Dans Star Wars, il est beaucoup question de cette « Force » mystérieuse qui permet de soulever des objets en l’air et de deviner d’où vient une personne. Le vol libre est un peu pareil pour celui qui n’est pas « initié ».

Viens parler, non pas de technique de vol, de météo… mais de poésie. Viens chatouiller les nuages avec moi. Allons parler de pourquoi les pilotes sans moteur continuent de voler ainsi, à l’heure de l’hypertechnologie, des supermoteurs, etc ?

« Comment fais-tu pour voler ? »

Eh bien, oui : pas d’essence, pas de moteur visible. Comme les oiseaux…

Oui, les oiseaux mangent, comme nous autres, les êtres humains, mais ce n’est pas les graines qui les font voler… Ce qui les fait voler, ceux sont leurs muscles et surtout, surtout, les « courants d’air ».

Bien sûr, pas les courants d’air d’une maison, passant entre deux fenêtres grandes ouvertes, mais bien les courants ascendants.

Les ascendances, les pompes… Les moteurs des oiseaux et des humains volant.

Un des moteurs qui fait partie du monde invisible.

Tu sais, pour certains, le monde invisible revêt un caractère sacré, relié au chamanisme et aux esprits. Pour d’autres, plus terre à terre, l’invisible, c’est simplement des phénomènes que l’œil humain ne peut pas détecté. Ou que la science n’a pas encore pu nous permettre de détecter.

Pourtant, même invisible, des choses se passent. Et, elles existent.

Tu marches. Tu respires et tu vis, et pourtant, la science n’a pas encore expliqué d’où venait cette étincelle de vie qui t’anime et comment elle fonctionne.

Et, dans le vol libre, l’invisible permet de faire des miracles, par rapport à ce que M ou Mme Tout Le Monde peut te dire quand tu le croises dans la rue.

La preuve ? Tous ces records de vitesse sans moteur.

Tu veux vraiment des preuves?

Ok, alors, voilà quelques exemples : Tous les records en planeur de wikipedia, Christian Maurer, un exemple de recordman en parapente.

Tu sais, là haut, tout là haut, c’est vraiment très beau !

L’invisible…

La liberté. Sensation de légèreté.

Ce qui te fait vibrer quand tu voles dans le silence de l’instant présent.

Sensations de glisse.

Sérénité.

Quand tu nages, l’eau glisse sur ta peau. Une amie, Mary, me disait qu’elle trouvait ça sensuel. Surprise, j’ai réfléchi à ce qu’elle voulait dire. Oui, d’un certain point de vue, elle a raison.

Encore faut-il sentir l’eau glisser le long de ton corps et ne pas faire de natation en mode « bourin »… En voulant faire des longueurs juste pour :
– avoir un beau corps,
– vouloir te muscler,
– perdre de la graisse
– augmenter ton endurance…

Rester dans l’instant présent.

Difficile dans notre société de toujours plus vite et toujours plus loin…

Comment je reviens à l’essentiel, à ce moment présent, quand je vole ?

Un jour, un instructeur m’a dit qu’un pilote planeur prend une décision toutes les vingt secondes environ. Il a sûrement raison.

Et c’est bien, là, la vraie difficulté du vol libre, que ce soit en deltaplane, parapente, planeur, etc.

Il faut penser, anticiper, regarder autour de soi. Pourquoi ?

Prendre des décisions très rapidement pour pouvoir continuer de voler. Pour rester en l’air et tirer ta propre énergie de l’invisible.

En attendant, de temps en temps, j’aime rester proche de mon terrain juste pour le plaisir de contempler la vue et d’apprécier de voler comme un oiseau.

Dans le silence.

Et, pour la joie de voir le simple tout petit nuage, cette nuelle-là, sous laquelle j’ai commencé à monter, se transformer au fur et à mesure de mes spirales en un magnifique gros nuage cotonneux.

Ce moment là, c’est cinq minutes maximum par vol.

Peut-être même une seule fois dans un vol de trois ou quatre heures…

Et ça me fait un bien fou !

Et, je sais aussi que cela émerveille toutes les personnes ayant déjà mis un pied dans un appareil volant sans moteur. Tous mes passagers, en planeur ou motoplaneur, ont toujours été estomaqués. Surpris.

Ce qui marque même plus l’esprit des non-inités ?

Ce qui marque l’esprit des nouveaux?

Si tu es déjà pilote, essaye de te souvenir de tes premières impressions, de tes premières croyances.

Lors de ton premier vol, si tu l’as fait en motoplaneur, par exemple, passant en 10 secondes même pas du vol moteur au vol libre. Quels souvenirs, quelles sensations?

Passer du bruit au silence. Clac. Juste en appuyant sur un bouton.

Découvrant cette sensation d’être en lien avec l’invisible, parce que, justement, tu voles sans comprendre comment, lors de ce premier vol…

Tu n’as pas l’œil des pilotes. Juste le sentiment, la sensation, de glisser de nuages cotonneux en nuages crèmeux, dans un magnifique ciel bleu azuré.

L’ULM, l’avion, le motoplaneur avec le moteur allumé, c’est bien, c’est pratique, mais c’est autre chose.

C’est un autre chemin, une autre façon de voler.

Toujours avec de la poésie et la philosophie de l’Air, mais une façon différente de flâner.

La Force du vol libre, c’est quoi alors ?

Les courants ascendants ou l’envie des pilotes de voler justement ?

L’envie permet d’aller loin, plus loin, beaucoup plus loin…

Le plaisir ressenti donne l’énergie de se dépasser soi-même physiquement et intellectuellement, pour réaliser nos rêves, tes rêves comme les miens.

Alors, oui, la « Force » du vol sans moteur, c’est l’envie et le plaisir que tu ressens en tant qu’être humain.

C’est cette volonté qui va te permettre d’apprendre les Forces Invisibles régnant dans ton entourage, dans ton environnement et dont tu n’avais, jusqu’alors, pas ou peu conscience.

Le plaisir et les sensations des pilotes.

Comment aller plus loin?

Je t’invite alors à lire deux sources bibliographiques qui sont importantes à mes yeux et rapides qui plus est :

Il explique à tous comment tirer son énergie du monde invisible.

Tu souris ? Parce que tu voulais aller plus loin pour toi et pour un « grand » proche de toi, et tu vois que c’est un livre pour enfant ?

Sais-tu que si tu arrives à expliquer clairement à un enfant de 4 ans comment vole un planeur, alors tous les adultes comprendront ?

C’est le retour que quasiment tous les lecteurs de ce livre.

Et, toi qui lis ces lignes, es-tu déjà pilote, as-tu fait un tour dans le ciel ne serait-ce qu’en avion dans un aéroport ? Qu’as-tu ressenti ? En as-tu retenu quelques choses de particulier ? Pose-moi tes questions si tu en as.
Tu es pilote « moteur », raconte-moi ! Je suis pilote ulm et motoplaneur, mais mon coeur est, au moment où j’écris ces lignes, surtout pour le vol libre.

 

Tu as aimé cet article ? Alors partage-le sur facebook ou par email en transmettant son lien à plusieurs de tes proches !

Que la « Force » soit avec toi !

Photos signés Antoine Alacusos. Merci Antoine !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Tu as envie de voler plus (+ loin, + souvent) ou de voler mieux et/ou moins cher, et d'oser +et de plaisirs partagés ?

C'est ma spécialité !

Laisse-moi tes coordonnées ci-dessous, que je puisse
t'envoyer dès maintenant un tas de conseils pour vivre
plus de moments de liberté et d'évasion.

L’invisible, la « Force » du vol libre
Étiqueté avec :                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *