Oui, le « jargon aéronautique » a un intérêt ! Exemple avec 3 mots du quotidien

Partager l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeune élève pilote ou simplement en réalisant ton vol d’initiation, t’es-tu retrouvé dans la situation où tu ne comprenais qu’un mot sur deux d’une conversation entre deux pilotes ?Alors, lis cet article pour découvrir l’intérêt d’apprendre le « jargon aéro » et mettre tes chances pour devenir commandant de bord.

Et toi pilote, tu veux accueillir plus de recrues ? Dans cet article, comme moi, tu pourras te souvenir que notre langue de pilote n’est pas toujours compréhensible pour les nouveaux et que, des fois voir souvent, des périphrases s’imposent à nous... Lis avec l’oeil d’un novice, même si c’est, je sais, difficile…

Tu t’es déjà demandé comment toi aussi apprendre à parler le jargon aéronautique ?

Oui, moi aussi, j’ai eu plusieurs fois ces impressions. Comme ci je débarquais sur une nouvelle planète…

Oui, le jargon aéronautique est bien une langue à part entière.

Une nouvelle langue à apprendre.

Qui ouvrent des portes à un si bel univers : celui de l’aéronautique ! Celui où toi et moi pouvons voler de nos propres ailes ! ^-^

Malheureusement, beaucoup de pilotes expérimentés oublient qu’il s’agit presque d’une langue à part entière.

Alors, pour te motiver et t’accrocher à apprendre ce jargon qui est une des clés pour avoir ton passeport pour voler de tes propres ailes, dans cet article,  je te cite trois mots de la vie quotidienne.

Ils ont une tout autre signification quand tu parles à un pilote.

Trois mots pris isolement juste pour donner des exemples.

Oui, ce n’est pas des mots que les pilotes emploient systématiquement dans une discussion.

C’est pour te donner des exemples.

Pour t’encourager à t’accrocher à maîtriser le vocabulaire technique.

J’ai eu l’air bête en les apprenant. Ça t’évitera la même erreur que moi ^-^!

Aller dans un nouvel aérodrome demande de sortir de sa zone de confort pour un néophyte, voir pour des pilotes déjà brevetés. Un nouvel environnement prend de l’énergie, génère du stress et nécessite beaucoup d’efforts.

Le jargon technique, la découverte d’un nouvel endroit, de nouvelles personnes, etc. peuvent être vécus comme des contraintes.

Alors, c’est trois mots sont…

« Génial, tu as vu le plafond aujourd’hui !? »

Non, pas la peine de regarder dans ta maison, le nez en l’air, ou au dessus de ta tête dans la maison des pilotes.

Scrute le ciel, plutôt.

Le plafond, en météo, c’est la hauteur entre le sol et la base des premiers nuages.

Le lien avec ce qui vole et avec l’aéronautique?

Plus c’est haut, en général, mieux c’est plus le vol moteur (avion, ULM) et le vol libre (planeur, deltaplane, parapente).

« Zut, une rue ! »

 Non, là non plus, pas la peine de courir dans la ville la plus proche de l’aérodrome…

Lève encore ton nez au ciel.

Une rue, sous-entendue de nuages, décrit de longues lignes de nuages dans le ciel. Ce phénomène apparait quand il y a beaucoup de vent. A partir de 30 km/h au sol en plaine, par exemple.

Le lien avec ce qui vole et avec l’aéronautique?

Beaucoup de vent, quand tu voles en montagne, c’est cool, quand tu fais du vol sans moteur. Moins en avion ou ULM.

En plaine, du vent, ça fait râler tous les pilotes quasi unanimement…

« Mince ! Le saumon est légèrement abîmé ! »

Non, tu ne vas pas voir débarquer un ours dans un aérodrome cherchant désespéramment une rivière se transformer en torrent pour aller pêcher et se bafrer de saumon !

Cet ours ayant pour seul but de mettre son nez dans l’eau et de donner de sacré coup de pattes pour sortir de l’eau des superbes poissons remontant la rivière.

Le saumon, en aéronautique, ce n’est pas la friandise allégeante d’un nounours que tu peux trouver dans un supermarché. Le saumon, c’est simplement le bout de l’aile d’un avion…

Moins délectable, n’est-ce pas?

En bref

En quelques mots, dans cet article, je t’ai montré que trois mots de la langue française quotidienne pouvait avoir bien d’autres significations dans le jargon aéronautique.

Ce jargon a un intérêt : il permet de parler rapidement de différents phénomènes météo, mécanique, de pilotage…

Si tu es élève pilote, je t’encourage vraiment à parler avec des pilotes, à leur poser des questions et comprendre le « jargon aéro ». C’est peut-être une langue à part entièrement pour certains. Pour d’autres, ce n’est qu »un langage technique.

Si tu es pilote, essaye de parler plus simplement quand tu es en présence de débutant ou de vi, cela les aidera à s’intéresser plus à ton sport plus que de vouloir simplement faire un « tour de manège » pour reprendre l’expression que nous entendons tous dans bien des aéroclubs. S’ils sont plus interessés, s’ils sentent que ce sera difficile mais qu’ils seront entourés, alors plus de personnes auront envie de s’inscrire pour devenir pilote. Logique…

Dans tous les cas, va au club, printemps, été, automne ou hiver. Discute avec les autres pilotes.

Si tu appliques ce conseil, tu verras, tu parleras l' »aéronautique » beaucoup plus rapidement et tu te sentiras de plus en plus comme un poissons dans l’eau en allant à l’aéroclub.

Tu sais, tu en tireras beaucoup de plaisir, en apprenant par exemple les retours d’expériences des pilotes expérimentés et surtout, leurs conseils pour voler plus ou pour voler avec plaisir. ^-^

Si tu as aimé cet article, merci de le partager (Facebook, LinkedIn, email…)

Maintenant, à toi de jouer !


Partager l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ailodie

Je m'appelle Ailodie. Pilote planeur depuis 2002, je suis aussi élève pilote ULM. Coach, auteure de livres sur ce qui vole et artiste peintre, je ne suis ni instructrice, ni compétitrice. J'ai découvert le plaisir de partager avec : d'autres pilotes, des pilotes faisant leurs premiers vols et leurs proches. Mère de deux enfants en bas âge, ce qui vole est ma passion au quotidien. C’est pour cela que j'ai fondé " Des ailes pour rêver " : mettre à ta disposition tous les conseils, techniques et astuces éprouvés pour concrétiser tes rêves d'évasion dans les airs, seul ou en compagnie de tes proches. Sans te prendre la tête, pas à pas et sereinement.

Laisser un commentaire