Pilote : Quelles sont les différentes façons de voler plus ?

Partager l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fais-tu partie de ces pilotes qui veulent voler plus mais qui pensent ne pas y arriver ? Tu aimerais progresser, mais tu as l’impression de t’éparpiller, de te perdre en chemin…

Le résultat ? Souvent la frustration, voir la déception. Le pire, je crois, que ce soit pour toi en tant que pilote que pour les instructeurs et les dirigeants de ton aéroclub est que tu sois simplement et purement démotivé et écoeuré.

Pourquoi ?

Parce que l’aéronautique aura alors perdu l’un de ses membres actifs, un pilote qui avait envie de vivre encore plus on rêve de déployer ses rêves.

Déjà, je commence à te lever tout de suite d’un doute : Pour moi, il n’y a pas de PETIT pilote. Nous sommes tous pilotes et nous avons tous notre place dans nos machines, qu’ils s’agissent d’avion, de planeur, d’ULM, de deltaplane…

Des fois, cette situation peut être arrêter simplement en recadrant quel genre de pilote tu es en ce moment et ce que tu souhaites vraiment vivre, ce que tu veux vraiment réaliser.

Ce que je te dis aujourd’hui est trop confus ?

Attends ! Ne pars pas !

Je veux te dire qu’il y a beaucoup de façons de voler plus.

« Voler plus », ça veut tout dire et rien dire. Je t’en donne des exemples plus détaillés ici.

Par ailleurs, c’est aussi facile de dire :  » Définis tes objectifs et après, déroule ton plan pour vivre tes rêves ! »

Donc, à la fin de cet article, je te liste vraiment beaucoup de façons de voler plus.

Et, c’est aussi important que tu saches quel type de pilote tu es en ce moment.

Le mieux est de commencer par là tout de suite.

Mon but est de te montrer une idée contre-intuitive : si tu es cool, (= que tu n’es pas branché en mode compétiteur, mais là, au terrain des « Ailes pour Rêver » ^-^ surtout pour te faire plaisir). Donc, si tu es cool, tu peux quand même réaliser ton objectif de voler plus.

Trève de barratin.

Décollons directement pour aller droit au but dans cet article : Quelles sont les différentes façons de voler plus, quelque soit ton état d’esprit et tes ressources actuelles (temps, argent…) ?

Quel est ton état d’esprit, durant cette saison ?

J’insiste sur quel genre de pilote es-tu en ce moment.

Cela peut évoluer tout au long de ta vie.

Sois tu as envie de foncé, donc branché en mode compétiteur, j’appelle cela : « pilote couteau entre les dents« .

Tu en veux, tu es à fond dans l’aéronautique.

C’est ton centre d’intérêt principal.

Tu te lèves aéronautique, tu manges pour voler, tu lis et parles essentiellement de cela…

Soit tu es plutôt un pilote cool, soit parce que :

  • tu as peu de temps pour cela,

  • tu voles pour ton plaisir,

  • tu as déjà beaucoup fait, beaucoup vu et que tu as simplement d’autres centres d’intérêts dans ta vie.

Tu sais maintenant dans quelle catégorie de pilote tu es ?

Nickel !

Gardes bien cela en tête !

Tu as besoin d’en savoir plus ? Besoin d’une confirmation ?

Je t’invite alors à lire l’article suivant ou je détaille beaucoup plus ces deux concepts : Quel genre de pilote es-tu ?

Donc, maintenant, revenons à ce que je te disais en début de cet article.

Comment puis-je voler plus, si je suis en même temps branché en mode « pilote cool » ?

Mon retour d’expérience

Après la naissance de mes deux enfants, Estelle et Thibaut, j’ai levé naturellement le pied dans mon pilotage.

L’aéronautique n’était plus mon centre d’intérêt principal.

Bon d’accord…

J’ai toujours eu d’autres centres d’intérêts que l’avion et le planeur, Des exemples ? La photographie, le dessin, l’aquarelle, la lecture et narrer des histoires à l’aide de petits croquis…

Comme mon planeur préféré Glidy qui n’a pas envie d’aller aux vaches (= de se poser dans un champs, dans le jargon aéronautique). ^-^

Donc, je reviens dans le sujet de cet article…

A la naissance d’Estelle et de Thibaut, je suis devenue une « pilote cool », mais avec des envies de faire des vols longs.

Entendu ici des vols de plusieurs heures.

La longueur ici est dans le temps de vol, durant un seul vol.

Pas la longueur de distance parcourue.

Pas la distance d’éloignement maximum par rapport au terrain.

Je voulais continuer à travailler mon endurance en vol, en faisant des vols de 3 à 4 heures, d’affilée, sans me poser.

Le but ?

Travailler ma concentration, mes prises de décision et mon endurance physique (être à moitié allongée, statique, pendant trois à quatre heures, sans pouvoir faire pipi librement ou sans manger ou boire comme je le veux, c’est peu habituel pour M Tout le Monde ^-^).

C’étaient mes envies du moment.

Pourquoi alors, est-ce que je me considérais comme une « pilote cool » ?

Mon but n’était pas la performance de plusieurs autres domaines, comme :

  • la distance parcourue ou

  • la vitesse de « croisière » (La vitesse du circuit intègre, en vol en planeur, le temps nécessaire à la prise de pompes. Donc, même si tu voles à 160 km/h en transition et que tu passes 50 minutes par heure dans les ascendances thermiques pour garder ton altitude, tu ne vas faire beaucoup de distance en 10 minutes par heure à 160 km/h ^-^) ou

  • le centrage de pompes (pour monter plus haut, plus vite et donc faire beaucoup plus de transition, donc parcourir beaucoup plus de distance à 160 km/h pour reprendre mon précédent exemple) ou bien dans

  • la finesse utilisée dans des vols sur la campagne…

Tu peux donc être un pilote cool, voler pour ton plaisir et maintenir un niveau de pilotage.

Et, de temps en temps, le temps d’un vol ou durant toute ta saison, tu peux choisir un objectif de voler plus.

Pas très convaincu ?

Je t’ai déjà raconté l’un de mes vols où j’étais détendue.

Et, justement, le fait d’être sereine m’a permis de voler longtemps d’un coup, parce que sinon, je me serais rapidement reposée au sol, sans moteur, comme d’autres pilotes ce jour là. J’ai choisi de me faire remorquer plus haut, pour être confortable.

Et, souvent, la notion de « confort », dans la tête de beaucoup de pilotes, ne rime pas avec « voler plus ».

Et bien, si, très cher. Des fois, confort rime avec voler plus.

Cela dépend bien sûr ce que tu entends par « confort » et par « voler plus ».

Tu peux relire ce récit ici :

Pilote : Pourquoi être détendu en vol te permet de voler plus.

Je peux te donner un autre exemple : un stage dans un autre aérodrome

Si tu es un « pilote cool » et que tu découvres un nouvel aérodrome (en faisant un stage extérieur avec ton club ou de ton propre chef), alors :

  • voler plus = voler avec de nouvelles conditions météorologiques ou

  • voler plus = je prends une semaine pour ne me consacrer qu’à cela dans mon année, au moins, tu es sûr par exemple que tu pourras voler parce que tes week-end sont très chargés ou

  • voler plus = voyager dans différents endroits dans le monde

Qui a dit que tu devais être un pilote en mode compétiteur pour vivre cela ?

Tu peux le vivre en mode cool, par exemple :

  • si tu viens avec ta famille et tu prends une location d’une semaine pour retrouver les tiens le soir ou

  • si tu te fais de bons restaurants tous les soirs en même temps que tu suis le stage ou

  • si tu décides de voler un jour sur deux pour faire du vélo en alternance avec tes vols en avion/ planeur/ ULM, pour découvrir la région au sol et dans les airs.

Dans ces trois derniers exemples, tu as un confort de vie et tu voles plus, selon TES critères.

Tu as un confort de vie et tu dors bien la nuit, sauf cas d’invasion exceptionnelle de moustiques.

Pourquoi je dis « tu dors bien la nuit » ?

Parce que tu n’es pas en train de faire du camping, en dormant sur un terrain, dans une tente à l’arrache parce que…

 

Tu mets tout ton argent dans les vols…

Et, que, du coup, tu te réveilles la tête dans le pâté le matin parce que…

Dormir sur le sol ou sur un matelas en mousse épais de deux centimètres, c’est pas top…

Pourquoi tu souris ?

Ça sent le vécu ?

Je te le confirme.

J’ai fais ça avant d’avoir mes enfants, pour voler plus, justement… ^-^

Parce que je voulais faire beaucoup de vol, très loin du terrain.

Ma vie était alors surtout surtout centrée sur l’aéronautique…

Et maintenant ?

Maintenant que tu es d’accord avec moi et quelque soit ton état d’esprit de pilote, tu peux « voler plus », voyons voir ensemble les différentes façons de voler plus.

Et, ça veut dire quoi « voler plus » pour écrire un VRAI objectif ?

La règle d’or à respecter

Souvent dans le blog, je t »écris : »Commence déjà par définir tes propres objectifs ! »

Donc, comme je viens de te le montrer, peu importe que tu es beaucoup de temps ou beaucoup d’argent à mettre dans tes vols, à mon niveau et à ton niveau, nous pouvons tous « voler plus ».

Le truc c’est de choisir la barre qui t’intéresse et de la mettre au bon niveau, c’est-à-dire, celui qui te convient.

Sois alors seulement honnête avec toi-même.

L’essentiel est de te faire plaisir en volant. C’est le but des « Ailes pour Rêver » d’ailleurs.

 

C’est quoi, pour toi, voler plus ?

Je préfère te présenter cette liste sous forme de question, parce qu’il n’y a pas de bonnes réponses.

Il y a juste LA façon qui TE correspond pour cette saison et peut-être celle de l’année prochaine. Après, tu auras d’autres envies, sûrement.

Allons-y, c’est quoi, pour toi, voler « plus » :

  • voler plus longtemps lors d’un même vol ?

  • voler plus d’heure dans la saison ?

  • voler plus loin en terme de distance sur un vol en particulier ?

  • voler plus loin en moyenne ?

  • voler plus vite durant un circuit ?

  • voler plus vite en moyenne ?

  • Avoir une nouvelle qualification, brevet ou épreuve ?

Ça en fait des façons différentes de voler plus, n’est-ce pas ?

Réfléchir à cette question est aussi une source de motivation à voler. ^-^

Et, là dedans, il y a toujours des nuances

Par exemple ?

Tu peux vouloir faire un vol de sept heure en local ou voler sept heures en compétition (en planeur, bien sûr, puisqu’un planeur n’est pas restreint par le plein d’essence).

Tu peux vouloir faire un long voyage en ULM ou un road trip en avion,

Comment mettre en place TA façon de voler plus ?

Maintenant que tu sais précisément ce que tu souhaites, que tu as TA réponse à TA question de « voler plus », la prochaine question est bien celle-ci :

Comment peux-tu faire pour voler plus ?

Là aussi, il n’y a pas de solution idéale.

Cela dépend de ton temps disponible, de ta pratique aérienne, si tu souhaites faire un stage et dans quelles conditions, etc.

Si tu veux aller plus loin, je peux te conseiller la lecture de ces deux autres articles :

Pilote, comment atteindre plus facilement ton objectif

Pilote, comment voler plus ? 5 conseils CONCRETS à usage de TA MAISON ?!?

En bref

Il y a bien de nombreuses façons de « voler plus » et que ces deux mots veulent, au final, tout dire et rien dire.

Ils auront deux significations différentes pour deux personnes d’un même aéroclub, pour une même pratique aérienne, que ce soit en avion, en ULM ou en planeur.

Si tu es un pilote cool, je t’encourage vraiment te poser la question de savoir si tu as envie de voler plus, même si tu as surtout envie de te faire plaisir en ce moment. Un petit challenge envers toi-même peut te motiver à continuer à voler, peut réveiller le plaisir du vol. Dans tous les cas, c’est agréable et plaisant, quand ton objectif te correspond vraiment.

Tu sais, tu en tireras au moins de la fierté par rapport à toi- même et tu pourras aussi plus aisément parlé avec les pilotes « couteau entre les dents » et avec n’importe quel pilote.

Si tu es en mode compétition, cet article t’a donné des exemples de définitions plus précises de tes objectifs.

Maintenant, à toi de jouer ! Et marque-moi en commentaire quelle est TA façon à toi de « voler plus ».

Si tu as aimé cet article, merci de le partager (Facebook, LinkedIn, email…)


Partager l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ailodie

Je m'appelle Ailodie. Pilote planeur depuis 2002, je suis aussi élève pilote ULM. Coach, auteure de livres sur ce qui vole et artiste peintre, je ne suis ni instructrice, ni compétitrice. J'ai découvert le plaisir de partager avec : d'autres pilotes, des pilotes faisant leurs premiers vols et leurs proches. Mère de deux enfants en bas âge, ce qui vole est ma passion au quotidien. C’est pour cela que j'ai fondé " Des ailes pour rêver " : mettre à ta disposition tous les conseils, techniques et astuces éprouvés pour concrétiser tes rêves d'évasion dans les airs, seul ou en compagnie de tes proches. Sans te prendre la tête, pas à pas et sereinement.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier