Pilote : Pourquoi le port du bob est obligatoire en planeur ?

Partager l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

J’ai envie de te faire découvrir un vol…

Et de te sensibiliser à une erreur que, je crois, chaque pilote planeur a déjà fait au moins une fois….

J’ai envie de te partager une de mes expériences un peu douloureuse…

En vol avec un super planeur

Ça y est.

Je vole sur une excellente machine.

Elle vient juste d être regelcoatee.

C est le pied intégral!

Le pégase permet littéralement de glisser dans les airs.

Limite de les feindre.

En tous cas, il s agit la de mes sensations.

Tout d un coup, un haut le cœur.

Plus que ça, j ai envie de vomir.

Ça devient présent alors que j étais bien et sereine, dans mon élément il y a seulement 30 secondes.

750m.

À 2 km du terrain.

Je sors les aérofreins.

Mon esprit a mal au cœur de devoir descendre, parce qu’ on est trop bien en général en l air.

Ma bouche elle a mon cœur au bord des lèvres…

Mon estomac gagné.

Trois minutes après, je suis posée.

Que m est il arrivé ?

Souvenir, souvenir…

Sur le plancher des vaches, des sensations bizarres dans mon corps.

Une réminiscence.

Quelques années plus tard, il faisait temps magnifique : plus de 30C avec quelques cumulus par ci, par là.

Après un vol de trois ou quatre heures, je suis rentrée chez moi en vélo comme a l accoutumée.

Le visage tout rouge en arrivant, au grand étonnement de ma moitié, j ai bu un peu d’eau.

Et j ai allaité mon petit bébé.

Je me suis retrouvée aussi avec des nausées, des envies de vomir.

C’était certes moins violent que la, dans le pégase ou j ai du sortir les aérofreins d urgence.

Mais ça y ressemble beaucoup.

Manque d’eau + présence de soleil + fatigue physique…

Le diagnostic…

J ai donc fait… une insolation ?

Ben oui…

Bizarre avec un vent de 20 km/h, une température de 18C quand le soleil est là.

Plutôt frisquet pour une insolation.

Mais non.

Une insolation tout même…

En bref

Prends soin de toi !

Sois à l’écoute de ton environnement, de ton pilotage et… de TOI !

C’est le pilote, le premier facteur de risque, donc il faut faire attention à soi-même et être à l’écoute de son corps !

Si tu as aimé cet article, merci de le partager (Facebook, LinkedIn, email…)


Partager l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ailodie

Je m'appelle Ailodie. Pilote planeur depuis 2002, je suis aussi élève pilote ULM. Coach, auteure de livres sur ce qui vole et artiste peintre, je ne suis ni instructrice, ni compétitrice. J'ai découvert le plaisir de partager avec : d'autres pilotes, des pilotes faisant leurs premiers vols et leurs proches. Mère de deux enfants en bas âge, ce qui vole est ma passion au quotidien. C’est pour cela que j'ai fondé " Des ailes pour rêver " : mettre à ta disposition tous les conseils, techniques et astuces éprouvés pour concrétiser tes rêves d'évasion dans les airs, seul ou en compagnie de tes proches. Sans te prendre la tête, pas à pas et sereinement.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier