Pilote, pour ton âme d’enfant : « Maman, qu’est-ce qu’il y a, là-haut, très là haut ? »

Partager l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maman, qu’est-ce qu’il y a, là-haut, très là haut?

– Qu’est-ce qu’il y a là haut, tout là haut ?

– Oui, Maman ! Qu’est-ce qu’il y a là haut très là haut? Quand j’ai pris l’hélicoptère rose je suis monté là haut très là haut. Y a quoi très là haut ? On retourne quand au manège ?

Je dédie ce post atypique, un peu hors piste, à tous les grands enfants et à tous les enfants.

Qui sont-ils?

Ce blog n’est pas que le rendez vous d’une communauté, celle des Ailes pour rêver.

Ce blog réunit les gens intéressés par les belles machines qui réalisent le rêve de voler, un rêve vieux comme le monde.

Seulement ces personnes là ?

Non.

A ma grande surprise, ce blog est lu aussi par des personnes n’y connaissant rien à ce qui vole.

Qui s’y intéressent. Ou pas, d’ailleurs au début.

A ma grande surprise.

Pourquoi ?

Parce que ce qui volent, ce n’est pas que parler de machines, de mécaniques, d’huile, de moteur, de technologie.

Discuter des nuages, de ce qui est là-haut est avant tout une histoire d’êtres humains. Un histoire vieille comme le monde d’ailleurs.

La preuve?

Icare, dans la mythologie grecque.

Une autre preuve ?

Il suffit de pousser la porte d’un aéroclub, d’une maison des pilotes, d’aller sur un aérodrome et de voir qu’il s’agit de rencontres, d’échanges, de relations humaines.

Difficile à comprendre et à percevoir au début.

Au bout que quelques années, c’est vraiment perceptible. Toujours les mêmes têtes. Des nouveaux qui viennent et qui partent. Des jeunes qui restent et qu’on voit grandir à vu d’oeil.

Des jeunes dont on apprend aussi la disparition. Alors qu’on les revoit encore ado, ou presque gamin, dont un plus petit que moi quand il avait 18 ans. Mauvais joueur au tarot. Ne supportant pas de perdre.

Mais ne faisant plus partie de ce monde. Comme retournés au ciel. Appelé par les nuages. Passant du monde visible au monde invisible. Des jeunes, des moins jeunes et des anciens, des honorables.

Ce qui vole, c’est une communauté solidaire.

Marquée par des récits de paix. Marqué collectivement par des récits de guerre. Les deux dernières guerres en France. Par l’héroïsme d’aviateurs. Par le talent d’écrivain comme Antoine de St Exupéry.

Marquée par des récits d’avions civils sauvé à la grande surprise du public comme l’avion A330 Vol 236 Air Transat (https://fr.wikipedia.org/wiki/Vol_236_Air_Transat)

Une communauté regroupant des passionnés, des simples amateurs, des néophytes, des cons et des moins cons.

Des “la culture, c’est comme la confiture : moins on en a, plus on l’étale”.

Des personnes qui ne parlent pas beaucoup.

Discrètes, mais qui, en hochant simplement la tête d’un millimètre, émettent par là un avis d’expert.

Dont les moindres paroles sont guettées. Rares et sages.

Mais, dont les paroles peuvent se faire abondance devant une bière dans le Nord ou devant une Clairette de DIi du côté de Valence.

Et que boit-on donc dans l’Est, hein ?

Maman, qu’est-ce qu’il y a là haut très là haut ?

Il y a beaucoup et peu de choses en même temps, mon enfant. Ça peut paraître paradoxal. Et pourtant…

Il y a le rêve des êtres humains de voler de leur propre aile, grâce à des machines volantes.

Ces humains là deviennent pilotes ou pilotes dans l’âme ou passionnés de l’air en s’intéressant par exemple au BD sur l’aéronautique, sur l’histoire de ce qui vole, en faisant des maquettes d’avion, enjouant sur simulateur de vol ou en peignant des machines grâce à de l’aquarelle, comme moi, par exemple.

Il y a le regard de nombreuses personnes aspirant à la paix, à la sérénité, au dépassement de soi ou tout simplement la présence à soi-même en se découvrant.

En se rêvant, en rêvant et en vivant ou en essayant de vivre leur rêver.

La haut, très la-haut, il y a aussi la nuit.

Les étoiles…

Les chercheurs de comètes.

Les astrophysiciens, les chercheurs de l’origine de la vie.

Il y a les inventeurs de science fiction, de fantasy et d’autres artistes puisant leur inspiration dans un ciel de nuit, éclairé de nombreuses étoiles, ou noir, comme un soir de lune nouvelle.

La haut, très la-haut, il y a aussi la nuit.

Les étoiles…

La mythologie.

Les rêves des enfants et des grands enfants.

Il y a les Dieux, les muses, les inspirations.

L’appel de la spiritualité.

Pour les êtres humains souhaitant tendre à élever leur esprit ou leur âme.

Maman, c’est quoi un pouète ?

Non, mon ange, pas un pouète. Un poète… Pas un prout, 😉 ! Oui, ça te fait rire, hein ?

Maman, c’est quoi un pouète ?

Un po-è-te ? Oui ?

Un poète.

Maman, je veux aller là-haut, très là-haut !

Un jour ou l’autre, chacun de nous, toi qui me lis, moi qui écrit ces lignes… Un jour ou l’autre, nous sommes tous confronter à des questions existentielles.

Avec ou sans réponse.

Avec ou sans réponse, de notre part.

Avec ou sans réponse, d’ailleurs.

Pas de conclusion marquée pour cet article.

Pas d’envie de ma part de te faire agir en te questionnant.

Une envie de ma part : d’amener à ne rien faire, t’amener à procrastiner.

A laisser vagabonder ton esprit.

Qu’est-ce qu’il y a pour toi, là haut, tout là-haut?


Partager l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ailodie

Je m'appelle Ailodie. Pilote planeur depuis 2002, je suis aussi élève pilote ULM. Coach, auteure de livres sur ce qui vole et artiste peintre, je ne suis ni instructrice, ni compétitrice. J'ai découvert le plaisir de partager avec : d'autres pilotes, des pilotes faisant leurs premiers vols et leurs proches. Mère de deux enfants en bas âge, ce qui vole est ma passion au quotidien. C’est pour cela que j'ai fondé " Des ailes pour rêver " : mettre à ta disposition tous les conseils, techniques et astuces éprouvés pour concrétiser tes rêves d'évasion dans les airs, seul ou en compagnie de tes proches. Sans te prendre la tête, pas à pas et sereinement.

Laisser un commentaire