Oui, du vol d’onde en plaine, c’est possible en planeur ! (comment ça marche) par Ailodie

Partager l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oui, toi comme moi, nous avons des croyances qui nous limitent pour voler. Ces croyances peuvent être sur nous-même (je n’y arrivera jamais, je n’ai pas une bonne vue, je suis trop âgé/trop jeune…).

Mais tu peux aussi  avoir des préjugés sur ce qui t’entourent, en commençant par la masse d’air (aérologie, météorologie). Ça peut t’empêcher de voler, d’ailleurs.Il n’y a pas que ce qui est écrit dans les livres qui est vrai. D’ailleurs, nous ne savons pas tout expliquer sur ce qui nous entoure.

Alors, je te propose dans cette vidéo de tailler en brèche une fausse vérité sur le vol en planeur. Oui, de l’onde en plaine, c’est possible ! Et je t’explique simplement, tout cela dans cette nouvelle vidéo, sans jargon, avec quelques dessins (c’est promis !).

Tu veux en savoir plus sur ce phénomène ? Plus d’explications techniques ou comment pouvoir l’exploiter pour voler plus ? Pose moi la question dans les commentaires, j’ai déjà deux experts qui sont prêts à te répondre, si l’aventure d’un nouvel article te tente.

Sous la vidéo, tu trouveras des ressources pour aller plus loin si le cœur ou la curiosité de l’esprit t’en dit :

  • un témoignage de la vidéo,
  • le phénomène du vol d’onde en plaine expliqué techniquement,
  • des références bibliographiques.

Avant de regarder cette vidéo, si tu ne te sens pas très à l’aise avec la météo, je te propose cette vidéo expliquant ce qu’est une pompe = une ascendance = un thermique, c’est ce qui cause les trous d’air en avion et qui sert aux pilotes planeur à voler en plaine.

Témoignage :

 Voici un des témoignages lu  suite à la publication de cet article :

 » Merci pour ce bel exposé de l’onde probable en plaine.

J’aimerai avoir une idée du nombre de pilotes qui ont réussi à prendre de l’onde en plaine grâce à des cumulus.

J’ai fait plusieurs fois de la pente de nuage avec des vents faibles ou plus forts mais n’ai jamais pu accrocher de l’onde.

Lorsque l’ascendance de pente m’amenait au-dessus du cumulus en général le vent était faible entre 20 et 30 km/h maxi.

Par vent fort, un nuage associé genre altocumulus barrait le passage en altitude.

Lors de journées sans vent significatif (moins de 10 km/h), j’ai pu (en deltaplane) prendre au moins 2 fois une ascendance (entre 800 et 1000 m de gain d’altitude) sur la face nord de cumulus d’environ 3000 à 4000m d’épaisseur. Je ne me rappelle plus si j’ai quitté l’ascendance ou si je l’ai perdue. Ce phénomène mériterait une explication que je n’ai pas encore trouvée car en principe par vent faible l’ascendance arrive plutôt sur le coté soleil du nuage.

Pour info la pente de nuage se déclenche lorsque les cumulus sont bien écartés afin que l’écoulement du vent redevienne laminaire.

Par temps à rue de nuages, je n’ai jamais pu faire de la pente nuages. »

Merci pour ce commentaire chaleureux !

Le phénomène expliqué techniquement

Je te cite un extrait du livre de Cours théoriques de perfectionnement au vol à voile du Comité Régional de Bretagne.

La lecture en est technique. La vidéo que je t’ai tourné est vulgarisée.

Ecoulement de l’air au dessus des obstacles convectifs

Les jours de vent, les masses d’air ascendantes peuvent constituer des obstacles aérologiques au-dessus, ou autour, desquels le vent s’écoulera comme si elles étaient des reliefs.
De tels « reliefs convectifs » ne restent actifs que pendant un certain temps et finissent par être détruits par le vent.

Pente de nuages

Si le gradient de vent augmente constamment jusqu’au sommet des cumulus pour diminuer ensuite, et si le thermique est suffisamment puissant et large pour lui faire obstacle alors le vent montera au devant du nuage comme il le ferait avec un relief. Le pilote de planeur peut alors monter plus haut que la base du nuage en faisant des allers-retours sur le coté au vent du nuage. Il est même possible de monter plus haut que le sommet du nuage. Il est à noter que les vitesses ascendantes dans cette « pente » seront toujours inférieures à celles rencontrées dans les thermiques, par conséquent le pilote parti pour un vol de distance n’aura que peu d’intérêt à exploiter ce phénomène qui lui fera perdre du temps.

Onde de rue de cumulus

Les rues de nuages, comme les alignements de thermiques purs, sont en général limités en altitude par une inversion de température. De plus il y a souvent un changement de direction du vent à l’altitude de l’inversion. Il peut alors se former une onde à ce niveau, les circonstances idéales permettant l’apparition de ce phénomène sont les suivantes :

• Circonstance n°1

Un flux laminaire assez fort, stable et approximativement perpendiculaire à la direction des rues de cumulus au-dessus de la couche convective, où se développe les rues de nuages

• Circonstance n°2

Une bonne coïncidence entre la longueur d’onde et l’espacement des rues de cumulus.

Comme dans le cas de la pente de nuage les vitesses ascendantes dans cette onde seront toujours inférieures à celles rencontrées dans les thermiques, par conséquent le pilote parti pour un vol de distance n’aura que peu d’intérêt à exploiter ce phénomène qui lui fera perdre du temps.

Ressources bibliographiques :

Reichmann, « La Course en planeur », Ed Seidec 2e édition1985. Traduction française de l’édition originale en allemand « Streckensegelflug » année ?,  p55, L’Ecoulement de l’air au-dessus des obstacles convectifs,

Bradbury, « La Météorologie du vol à voile », Ed Cépaduès 2002, p131 – Ondes et cumulus

Derek Piggot, « Gliding », A & C, Black – London, 8th Edition, 2002, p213 – paragraphe « Other wave systems »

 


Partager l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ailodie

Je m'appelle Ailodie. Pilote planeur depuis 2002, je suis aussi élève pilote ULM. Coach, auteure de livres sur ce qui vole et artiste peintre, je ne suis ni instructrice, ni compétitrice. J'ai découvert le plaisir de partager avec : d'autres pilotes, des pilotes faisant leurs premiers vols et leurs proches. Mère de deux enfants en bas âge, ce qui vole est ma passion au quotidien. C’est pour cela que j'ai fondé " Des ailes pour rêver " : mettre à ta disposition tous les conseils, techniques et astuces éprouvés pour concrétiser tes rêves d'évasion dans les airs, seul ou en compagnie de tes proches. Sans te prendre la tête, pas à pas et sereinement.

Cet article a 8 commentaires

  1. Quand tu es en planeur donc en vol libre ou en parapente, tu peux faire du vol d’ondes… Ok, alors, demain c’est Foehn, je prends ma voile dans le dos et j’ay vais. Il annoncent 100km/h de vente. Ca devrait suffire

    1. Lis la théorie présente dans les livres avancées concernant la météorologie du vol libre, écoute les pilotes expérimentés, vis le par toi-même, ceux sont les meilleures façons de te faire ta propre opinion.
      Au plaisir que tu viennes à nouveau sur le blog pour nous donner ton retour d’expérience.

  2. Merci beaucoup pour cette vidéo 🙂

    1. Avec plaisir.
      Dis- moi si tu as des questions, j’y répondrai avec plaisir dans un article de blog

  3. Hello ! je suis étonné du peu de promotion de cette vidéo. Hâte de monter et de voir ça de plus près

    1. Merci de ton intérêt pour cette vidéo.
      j’espère qu’elle t’aidera dans tes vols.

  4. Bonjour Ailodie, ta démonstration sur l’onde en plaine est intéressante. J’avoue que je n’avais jamais pensé à essayer de trouver le ressaut suivant. Pour que le phénomène se mette en place, les cumulus doivent être bien écartés. Souvent il est le seul du secteur. J’ai fait au moins une bonne dizaine de fois du vol de pente devant les cumulus. Dans la majorité des cas le vent était faible environ 10 à 30 km/h. C’est la raison qui n’a pas éveillé ma curiosité d’aller voir plus loin. Lorsque le vent était plus fort je n’ai pas pu passer à l’arrière car bloqué par des altocumulus sur les bords de gros congestus. Quand on a du vent en altitude il est rarement calme en dessous. Les pompes sont en général plus ou moins inclinées (revoir le croquis) sauf si l’ascendance est reprise par un rotor mais nous devrions être sous le vent du cumulus.

    1. Merci pour ce partage.
      Si tu as envie d’écrire un récit de l’un de tes vol, avec ou sans du vol d’onde en plaien d’ailleurs, je serai enchantée de le publier sur le blog ^-^

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier